2007.30.1666

De Éditions Paul-Martial
Informations Générales

Contribuer à améliorer la description de cette photographie en remplissant ce formulaire

2007.30.1666.small.jpg

Photographe : S. Nicolas
Support : Papier baryté au gélatino argentique
Dimensions : 23x17 cm
Entreprise : Société des Aéroplanes Henry Potez
Date : 1932
Lieu : Méaulte, Somme, France


Ouvriers travaillant au montage des ailes d'avion

Fondée par Monsieur Henry Potez, la « Société des Aéroplanes Henry Potez est aujourd’hui l’une des plus importantes organisations industrielles de l’aéronautique mondiale. Grâce à l’évolution méthodique d’une technique sûre et à l’organisation de puissants moyens de réalisation, la « Société des Aéroplanes Henry Potez » a pu, au cours de ces dix dernières années, mettre au point et construire en grande série, la plupart des types d’appareils réclamés par les programmes des aéronautiques française et étrangères. L’action de la « Société des Aéroplanes Henry Potez » est réalisée sous la direction générale de Monsieur Henry Potez, son fondateur, avec la collaboration immédiate de MM. Coroller (directeur technique), Rouze (directeur de la production), Berger (directeur administratif), Manssart (directeur commercial), Leconte (directeur des ventes), Labouchère (directeur des essais), Lesage (secrétaire général).


Les directions

- La direction technique, chargée de concevoir, d’étudier et de réaliser les appareils prototypes. Elle doit en outre, contrôler la qualité des matériaux employés pour la fabrication des appareils de série ainsi que la bonne exécution des pièces fabriquées suivant les dessins fournis par le service des études. - La direction de la production, chargée de la fabrication en série des différents matériels en exécution des marchés passés avec la clientèle. Elle assure en même temps l’entretien de l’usine, la réception des matières premières, le recrutement et le transport du personnel

- La direction commerciale qui achète suivant les besoins de la direction de la production, les matières premières et les spécialités nécessaires. Elle contrôle le bureau du personnel, la paie et le service de livraison

- La direction administrative qui comporte différentes sections chargées respectivement de contrôler les prix de revient des matières et de la main-d’œuvre, d’établir les salaires à payer aux ouvriers, d’effectuer les paiements aux fournisseurs, etc.


Direction technique

Elle conçoit, étudie, réalise les prototypes. Ses bureaux d’études et de dessin et ses ateliers constituent un ensemble autonome nettement distinct du reste de l’usine. La situation du groupe technique en bordure de l’aérodrome permet aux créateurs des prototypes de suivre les essais en vol. La proximité des ateliers de production en série facilite à la Direction Technique le contrôle rigoureux qu’elle exerce et sur les matières et sur la fabrication à chacune des étapes. À l’étage supérieur du bâtiment, dans le calme et la clarté d’un vaste bureau, ingénieurs et dessinateurs se consacrent aux recherches théoriques générales, à l’étude des avions nouveaux, à l’exécution des plans des prototypes.

Les plans établis vont à la salle de traçage. Les pièces sont exécutées dans un atelier mécanique muni d’un outillage des plus perfectionnés ; après contrôle, elles sont montées de façon à constituer des ensembles bois ou métal ; un vaste hall, équipé pour toutes manutentions, permet le montage des appareils complets. Ces travaux sont réalisés par une main-d’œuvre spécialisée et une maîtrise des plus expérimentées.

Les essais statiques ont confirmé l’exactitude des calculs. On procède alors à l’aménagement de l’appareil, aux pesées, aux essais en vol.

Les essais effectués devant les services officiels ont donné pleine satisfaction ; l’appareil est adopté. Les plans d’exécution, établis par le bureau des recherches et des études, vont être transmis à un second bureau chargé de les compléter et de les détailler avant de les remettre à la Direction de la Production.


Direction de production

Elle assure la fabrication en série des appareils. Elle dispose pour cela de bureaux de fabrication et d’ateliers spécialisés, rationnellement groupés. Ayant reçu les plans d’exécution, elle les étudie et demande à la Direction Technique telles modifications destinées à simplifier la construction sans toucher à la qualité. Après accord, elle transmet ces plans à ses services qui établiront la nomenclature complète des pièces de l’avion, détermineront et feront exécuter l’outillage, puis fixeront les quantités de matières nécessaires ; celles-ci rentrées, l’ordre d’exécution des pièces sera lancé.


Étude de la fabrication

Au premier étage des halls de montage, dans le voisinage immédiat des ateliers, d’importants services préparent et suivent la marche des travaux. Ainsi est établie, d !s l’origine, la minutieuse régularité indispensable à la fabrication en série des avions.


Réception

Qu’il s’agisse de matières premières, de pièces ébauchées ou finies, la réception donne toujours lieu à un contrôle rigoureux exercé par la Direction Technique. Celle-ci dispose à cet effet d’un laboratoire supérieurement outillé.


Laboratoire


Magasins

L’ordre est un élément de rapidité dans le travail, de sécurité dans la construction. On peut compter de quatre à cinq mille pièces différentes dans un avion. Plusieurs types d’appareils pouvant être construits, simultanément des dizaines de milliers de pièces différentes seront emmagasinées, toujours avec ordre et méthode.


Lancement d’une chaîne

Avant le lancement de toute chaîne, un service spécial fabrique les premiers appareils, note les retouches de nature à accroître les facilités de fabrication, les signale à la Direction Technique. D’après les plans ainsi révisés, les ateliers de mécanique fabriquent les matrices et les pièces types qui seront ensuite soumises à un contrôle minutieux. Alors, le plan peut disparaître. L’ouvrier de la série ne travaille que sur gabarit.


Le métal

Le métal reçu en feuilles, en barres, en ébauches matricées etc., est transformé en pièces finies, dans des ateliers mécaniques pourvus de machines-outils des plus récents modèles. Dans une chaudronnerie moderne, installée dans de vastes bâtiments sont exécutés entre autre : les réservoirs, les radiateurs, les capotages, les tuyauteries, les accessoires d’aménagement.

Dans les salles de traitements thermiques, le fonctionnement des fours est réglé automatiquement et le contrôle dispose d’appareils enregistreurs, indiquant les divers régimes.


Le contrôle

Le contrôle qui fait partie des attributions de la Direction Technique, s’exerce à tous les stades de la fabrication. À chacun de ces stades correspond un local ou de nombreux gabarits et instruments de mesure permettent de vérifier dimensions et caractéristiques.


Le bois

Dans des hangars spacieux, largement aérés, les madriers sont stockés, classés par essence, qualité, dimensions. Toute utilisation est précédée d’une mesure de résistance au laboratoire sur une éprouvette prélevée dans un premier débit. Les pièces constitutives des éléments en bois sont usinées avec précision sur gabarit, dans un atelier possédant les machines à bois les plus perfectionnées. Aucune incertitude, ni sur la qualité des matériaux, ni sur l’exactitude des cotes : un avion en bois construit dans de telles conditions offre les mêmes garanties et les mêmes avantages d’emploi qu’un avion métallique.

Des ateliers sont spécialisés dans la fabrication des nervures et longerons : les uns exécutent les différentes nervures sur une série de tambours appropriés correspondant aux divers profils ; les autres réalisent les longerons depuis le toupillage des semelles jusqu’au ponçage après assemblage.

Des gabarits tant pour la précision de fabrication que pour le contrôle.


La toile

Tous les travaux relatifs à la toile sont exécutés dans des ateliers modernes aux vastes espaces, à la lumière claire et égale. Après montage et vernissage, les ailes y sont entoilées ; elles passent ensuite à l’enduisage dans des halls dont la température et le degré d’hygrométrie sont rigoureusement contrôlés.


Le montage

Halls de montage des fuselages et d’assemblage des appareils. Les deux halls mesurent chacun trente mètres de largeur sur cent mètres de longueur. Les appareils y sont montés à la chaîne. Les divers éléments constitutifs de l’avion : fuselages, aménagements, châssis d’atterrissage, moteurs, voilures, y sont assemblés progressivement, en des temps nettement déterminés avec toute la minutie nécessaire. Après quoi, l’appareil, une fois réglé, n’a plus qu’à franchir les portes qui s’ouvrent sur la piste.

Hall de montage des ailes

Dans le hall de montage des ailes, sont assemblés les divers éléments constitutifs des voilures. Après montage, celles-ci sont vernies de leur revêtement (toile ou métal). Elles sont ensuite transportées jusqu’aux halls de montage des appareils par des ascenseurs et des chariots qui permettent une manutention rapide et sûre.

Vérification et réglage des moteurs, pesées, mise sur piste, l’appareil est prêt pour l’envol… Le pilote partira en toute tranquillité d’esprit ; sa sécurité est garantie non seulement par une fabrication impeccable mais encore par les multiples et méticuleux contrôles.


Direction commerciale

La Direction Commerciale comprend les services d’Achats, de Personnel, de Livraisons, des Archives. Des halls d’expédition partent pour les points les plus divers et les plus éloignés du monde entier des appareils complets et des pièces détachées soigneusement répertoriées.


Le personnel

L’effectif total des Usines de Méaulte dépasse 2000 hommes. Grâce à l’ordre rigoureux maintenu partout, à la préparation minutieuse du travail, à la spaciosité et à la clarté des ateliers, chacun est amené à accomplir sa tâche dans le calme, sans perte de temps et sans fatigue inutile. Un foyer comportant restaurant et salles de lecture, un stade avec piscine, terrain de football, courts de tennis, sont à la disposition du personnel. Enfin, les déplacements entre Méaulte et Albert sont assurés par un important service de transports automobiles.


Direction administrative

Aux divers services que cette Direction comporte, aboutissent finalement tous les documents qui ont été créés par les autres services de l’usine. Leurs calculateurs effectuent journellement avec des machines électriques des milliers d’opérations.


Services annexes

Une centrale électrique reçoit le courant du secteur et le transforme pour les besoins de l’usine. Elle dispose de groupes de secours. Des chaufferies fournissent la vapeur nécessaire aux usines.


Courbevoie

Usine mécanique et fonderie spécialisées dans la fabrication des moteurs d’aviation. L’organisation y est en tous points analogue à celle des usines de Méaulte : service autonome d’étude et d’essai des prototypes, production en série dans des ateliers remarquablement outillés, fabriquant mateurs et pièces détachées, contrôle à tous les stades de fabrication avec l’aide d’un laboratoire équipé d’une façon très moderne.


Berre

Importants ateliers… base d’hydravions avec grue de 15 tonnes pour la mise à l’eau des appareils.


Les bases

À Villacoublay, une base aérienne pour les essais des prototypes… À Orly, une station service pour avions de tourisme et école de pilotage ; les voyageurs aériens trouvent là, dans un élégant pavillon, tous les services propres à faciliter leurs déplacements. Au Fayet, la base de Passy-Mont Blanc comporte une station service, une école de pilotage et constitue un centre d’excursions aériennes au-dessus de la chaîne des Alpes.


Société Anonyme des Aéroplanes Henry Potez Bureaux commerciaux de vente et renseignements généraux : 75, Av. des Champs-Élysées, Paris Usines principales et aérodrome à Méaulte (Somme) Usine mécanique et fonderie 112, Bd de Verdun, Courbevoie (Seine) Usine et base d’hydravions à Berre (Bouches-du-Rhône) Base aérienne, aérodrome de Villacoublay-Vélizy (Seine-et-Oise) École de pilotage et baptêmes de l’air, aérodrome de Villeneuve-Orly Vols en montagne (tourisme et école), aérodrome de Passy-Mont Blanc Le Fayet (Haute-Savoie)


Source : catalogue « Avions Henry Potez » de la Collection des Bulletins Techniques de la « Société des Aéroplanes Henry Potez », N°16 bis, décembre 1932 - Création publicitaire et réalisation graphique des Editions Paul-Martial, à Paris, avec la collaboration de Maurice Guierre, couverture de Francis Bernard